Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 14:13

De rouille et d'os     

Avec Jacques Audiard, on voit que souvent chez l'homme, il faut un drame, une épreuve, un choc ou une rencontre fracassante, pour que lui apparaisse la valeur de la vie, le goût de sa simple magnificence et de son accomplissement par le partage. Alors, à ce moment-là seulement, sa beauté plastique ou sa force virile peuvent prendre leur place à côté de celles des bêtes qui elles, souvent, ont depuis longtemps compris l'intérêt de la beauté au service de la beauté et l'utilité de la force au service de la défense de la vie.

        Les humains en boîte de nuit sont des bêtes et les orques occupés à fendre l'eau de leur masse sont des hommes. La brutalité humaine malgré ses sophistications de civilisé amènent l'animal à devenir violent tandis que quelques chiots rendent à un enfant esseulé toute la tendresse qui lui manque. La beauté des corps et leur puissance dans l'amour ou dans la bestialité est filmée presque sans mots, les comportements et les gestes occupant une grande partie de l'espace de l'expression et de la communication comme dans un retour à la véracité triomphante de la chair et au sens de la vie, de la vie qui se vit et se donne juste pour elle-même, pour que perdure ce feu dont la raison d'être est de brûler de tout son feu. 

         Pourquoi la force physique ? Pourquoi la puissance de la beauté corporelle ? A quoi servent ces attributs que l'homme et l'animal ont en commun  ? Chez l'homme, à rien d'autre parfois qu'à blesser, à meurtrir, à attaquer. Celui-ci se sert de ses muscles pour cogner par convoitise ou par bêtise, cette autre utilise le pouvoir de ses formes pour mieux entrer dans le monde de la consommation intégrale.

      Mais tandis que des humains se battent comme des fauves juste pour prouver une supériorité illusoire, gagner de l'argent, être le premier de la classe ou du rang, posséder quelqu'un ou jouer les plus forts, tandis que des femmes manient leur charme comme une arme pour dominer ou conquérir, les bêtes, elles, quand elles se battent ou agressent, quand elles offrent au monde leur majesté ou leur grâce, que nous disent-elles ? Voir le film "De rouille et d'os" de Jacques Audiard. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Isabelle Bournat, auteur.
commenter cet article

commentaires

  • : Isabelle Bournat
  • Isabelle Bournat
  • : Un aperçu de mes pièces de théâtre et autres écrits pour aller plus loin, lire et découvrir et partager...
  • Contact

Qui ? En Un Mot...

  • Isabelle Bournat, auteur.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.

Citation préférée

"Si vous n'engagez pas votre vie,

jamais la vie ne vous appartiendra" : Schiller