Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

                          CESSEZ-LE-FEU 19 mars 1962

                                 Editions Alfabarre

Ouvrage collectif sous la direction de Nicole Barrière, Denis Emorine, Philippe Tancelin et Chekib Adessalam. Des auteurs, Français ou Algériens, évoquent selon leur place et leur sensibilité littéraire le cessez-le-feu qui marqua la fin de la guerre d’Algérie. Ce sont des témoins, des appelés, des combattants, des engagés, des poétes d’hier ou d’aujourd’hui, en prise directe ou indirecte avec ce pan de l’Histoire.

                                   Alfabarre

« Il y a maintenant plus de trois mois que j’ai été arrêté. J’ai côtoyé pendant ce temps, tant de douleurs et d’humiliations que je n’oserais plus parler encore de ces journées et de ces nuits de supplices si je ne savais que cela peut être utile et que faire connaître la vérité c’est aussi une manière d’aider au cessez-le-feu et à la paix. »  

 Henri Alleg, La question. Livre paru aux Editions de Minuit en 1958 et censuré.

Henri Alleg, né en 1921 à Londres, fut journaliste et membre actif du Parti Communiste. Il fut arrêté par les parachutistes français au domicile de son ami Maurice Audin, jeune professeur torturé à mort. Henri Alleg a narré son emprisonnement puis a dénoncé les méthodes de torture. Il est mort à Paris en 2013. 

 

    Extrait de ma contribution :

                                   Les ors du silence

 

On m’appelle  « La porte de prison », parce que je ne parle pas. Ma mère me portait dans son ventre depuis quatre mois lorsque des Français ont défoncé à coups de crosse la porte en bois entrelacé de faïences. Ils ont surgi au moment de la sieste. C'était le début des années soixante. Ma mère était rentrée à l’intérieur parce que la terrasse, malgré la tonnelle aux lilas, brûlait de tous les soleils de tous les matins du monde. Martha était allongée sur le sofa de rotin, calée entre quatre ou cinq coussins qui se détachaient sur le mur de pierres. Elle somnolait. Par points d’ivoire, visage, mains et chevilles, sa peau claire perçait la moiteur de l’atmosphère où sa chevelure ocre accrochait des rayons. Martha était belle, indiscutablement belle. Elle possédait la beauté des femmes aux visages sculptés par leur volonté, elle avait le front dégagé et les joues pleines. La beauté de Martha était une sagesse.

Les Français ont bondi devant elle sans qu’elle ait le temps de se relever. Elle a juste ouvert ses yeux de jade puis elle a vu des marionnettes d’acier gesticulant les unes et les autres selon les mêmes gestes, dans les mêmes déguisements, vociférant les mêmes injures. Ils étaient six. Des soldats.(...)

 

       Alfabarre 24 rue Le Brun 75013 Paris – editions@alfabarre.com

          Prix de l’ouvrage :27 euros 

Partager cette page

Repost 0
Published by

  • : Isabelle Bournat
  • Isabelle Bournat
  • : Un aperçu de mes pièces de théâtre et autres écrits pour aller plus loin, lire et découvrir et partager...
  • Contact

Qui ? En Un Mot...

  • Isabelle Bournat, auteur.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.

Citation préférée

"Si vous n'engagez pas votre vie,

jamais la vie ne vous appartiendra" : Schiller