Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 13:43

NOUVEAU ROMAN, Une pièce écrite et mise en scène par Christophe Honoré. Jubilatoire !

Les écrivains qui ont dynamité la littérature française dans les années 50 sont là, sous nos yeux, s’apostrophant, dégustant une bonne soupe aux poireaux de Marguerite Duras et réinterrogeant avec brio les fondements de l’acte d’écrire. C’est exquis de bout en bout !

Il fallait oser faire vivre sur scène Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Claude Mauriac, Claude Simon, Robert Pinget, Claude Ollier, Michel Butor…, sous l’œil aiguisé et avisé de l’éditeur Jérôme Lindon et avec un passage éclair et pétillant de Françoise Sagan. Christophe Honoré a osé ! Le roman est-il un art comme un autre, apte à fournir des sensations à travers une forme non préexistante ? Les personnages et l’intrigue sont-ils encore justifiés dans le roman du XXe siècle ? Comment écrire, pourquoi, et quel rapport entre fond et forme ? Autant de questions qui sont débattues âprement et qui jettent Balzac par-dessus bord dans la fumée des cigarettes. Terre-à-terre et pourtant dans les hautes sphères de la pensée, émouvants, drôles, tous nous embarquent dans leurs méandres intellectuels en étant ouvertement mégalomanes, capricieux, vertigineusement égocentriques et d’une jalousie à fleur de peau.

Duras en jean rose y est chantante et menue, Butor est incarnée par Brigitte Catillon et Jérôme Lindon fait surgir des réminiscences de Simone Signoret. L’ingénue rusée Catherine Robbe-Grillet (ici Mélodie Richard) désacralise avec amour son grand écrivain de mari, meneur de groupe insupportable et follement attachant. Quand Claude Simon reçoit son prix Nobel, il chante. Il en est un qui n’apparaît jamais, dont l’ombre noble et féline plane superbement, c’est Samuel Beckett. Le questionnement de l’engagement est intense, comme celui de l’impact de la littérature au sein d’un ordre politique, moral et social, et à travers ces débats que nous offre extraordinairement Christophe Honoré, une scène de fiction se détache, magnifique, bouleversante, celle qui est extraite de La route des Flandres de Claude Simon, donnant aux auteurs toute leur dimension humaine dans l’inexorable tourmente du réel de l’histoire.

La jubilation est au coude-à-coude avec ces figures hors normes qui nous habitent inévitablement chacun à leur manière, chacun venant titiller en nous le point qui nous fait écrivain ou non ! Un effervescent et réjouissant théâtre. A la Colline jusqu’au 9 décembre.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Isabelle Bournat, auteur.
commenter cet article

commentaires

  • : Isabelle Bournat
  • Isabelle Bournat
  • : Un aperçu de mes pièces de théâtre et autres écrits pour aller plus loin, lire et découvrir et partager...
  • Contact

Qui ? En Un Mot...

  • Isabelle Bournat, auteur.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.

Citation préférée

"Si vous n'engagez pas votre vie,

jamais la vie ne vous appartiendra" : Schiller