Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 20:14

 

          

 

Le jour se couche, la nuit se lève,

dans la relève des siècles et des rêves

pas un interstice, pas un brin de vide.

Le limpide ondoiement préside,

partout, toujours, coule la source sans pourtour.

Si même au feuillage tressaille le vent

et le désert abreuve le mirage,

si dans l'illusion d'une ligne l'horizon se prosterne,

si pour l'ombre l'arbre concède un détour

et si le soir se renouvelle d'une aube inabordable

pour les louanges que l'oiseau décerne,

comment épuiser l'émerveillement

pour celui qui n'est que passage ?

Autant vouloir désenclaver l'inachevable

que prétendre se rassasier de l'infaillible jaillissement.

 

 

Poème extrait du recueil « J’ai pris frères » édité à Encres Vives.

 

           *

 

Pour info : Représentations fin mars à Gembloux en Belgique de Résidence Beaurivage (éditions Les Cygnes). Des adolescents dans les rôles de pensionnaires de maison de retraite… Réjouissant ! Metteur en scène Fabienne Lenaerts.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Isabelle Bournat, auteur.
commenter cet article

commentaires

  • : Isabelle Bournat
  • Isabelle Bournat
  • : Un aperçu de mes pièces de théâtre et autres écrits pour aller plus loin, lire et découvrir et partager...
  • Contact

Qui ? En Un Mot...

  • Isabelle Bournat, auteur.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.
  • Théâtre et poésie, l'insurrection et la célébration, le verbe fervent et le presque-silence. Pour se relier aux autres et partager le Tout et le Rien.

Citation préférée

"Si vous n'engagez pas votre vie,

jamais la vie ne vous appartiendra" : Schiller